au service de l\'élève

LA LECTURE ANALYTIQUE,LECTURE CURSIVE

LA LECTURE ANALYTIQUE,LECTURE CURSIVE

LA LECTURE CURSIVE:

Itinéraires n°7 – MARS 2002
Lire au L.P.
La lecture cursive
L’un des buts essentiels du professeur de français est de faire lire beaucoup.
Donner des références, constituer progressivement une culture littéraire à ceux
qui en manquent exige des lectures nombreuses et variées. Or au lycée
professionnel, cela ne va pas forcément de soi. Pour les élèves, la lecture n’est
pas un acte fondamental ; en dehors de la classe, elle devient gageure.
Cependant, nous ne pouvons pas nous en tenir à ce simple constat. Si nous
voulons ouvrir les élèves à la découverte d’un grand nombre de textes, il s’avère
nécessaire de mettre en place des stratégies diversifiées visant à développer la
lecture et à en élargir le champ.
Deux démarches de lecture peuvent être pratiquées : la lecture analytique
(explication de textes ou lecture méthodique) qui a pour but l’examen méthodique
des textes suivi d’un travail d’interprétation et la lecture cursive.
La lecture cursive est la forme la plus libre de la lecture. Elle vise à faire des
élèves des lecteurs autonomes. En effet, plus personnelle et moins exigeante que
la lecture analytique, la lecture cursive cherche avant tout à faire découvrir un
écrivain ou un texte sans pour autant être exhaustive. En cycle terminal, elle est
un outil nécessaire afin d’inciter le futur bachelier à « lire de la littérature française
ou étrangère et à compléter ainsi les référents culturels qui contribuent à
l’épanouissement de la personne et au développement de l’esprit critique » (B.O.
spécial n° 11 du 15 juin 1995).
Ce mode d’appropriation qui amène les élèves à lire régulièrement des romans
de thèmes et de longueur variables, n’a rien d’innovant. Quel enseignant de
français ne s’est-il pas inscrit dans une démarche qui exigeait la traditionnelle et
caduque fiche de lecture ? Mais nous savons tous que, dans ce cas, chaque élève
peut fort bien se passer de la lecture de l’oeuvre.
Plus pertinent nous apparaît le guide de lecture (sorte de carnet de bord) qui,
mis en pratique à l’intérieur d’un dispositif, permet de s’assurer que chaque élève
a bien lu l’oeuvre, et surtout qu’il a su en cerner les enjeux essentiels.
Itinéraires n°7 – MARS 2002
Dispositif pour la lecture cursive
1. Le programme de lecture
Le programme de lecture est élaboré en fonction des objectifs que l’on désire
atteindre, du profil des élèves et des Instructions officielles.
Le livre lu doit être le même pour toute la classe.
2. Le guide de lecture
Les objectifs du guide de lecture :
- susciter une motivation, créer un intérêt, en suggérant que la lecture va
permettre de découvrir une oeuvre, un auteur, une manière de voir le
monde ;
- augmenter le capital culturel des élèves ;
- essayer de donner du sens à la lecture ;
- habituer les élèves à une lecture raisonnée avec prise de
notes (augmentation des compétences) ;
- attirer l’attention sur des éléments textuels (augmentation des notions).
3. L’évaluation
L’évaluation s’effectue en classe selon trois modalités :
a) Les élèves ont recours à leur guide de lecture et le livre.
L’évaluation permet de vérifier le travail personnel de l’élève, son mode
d’appréhension. Les questions seront précises. Elles invitent plutôt à se
déplacer dans le texte.
b) Les élèves n’ont recours qu’au livre.
L’évaluation permet de vérifier non seulement si les élèves ont lu avec attention
mais aussi dans quelle mesure ils se sont appropriés leur travail personnel.
Les questions doivent tenir compte de cette nouvelle modalité.
c) Les élèves ne disposent d’aucun document.
L’évaluation permet de vérifier la qualité de la lecture et du travail personnel de
l’élève, ainsi que ses capacités de mémorisation et de réflexion.
Il va de soi que les questions de l’évaluation recoupent en partie les pistes
proposées par le guide de lecture. Il s’agit bien de vérifier la réalité d’un travail
personnel et de le valoriser.
En outre, on peut adjoindre d’autres questions favorisant l’expression d’un
jugement personnel. Le critère d’évaluation sera alors la capacité à argumenter, à
justifier le point de vue porté sur l’oeuvre.
On peut mettre en place progressivement ces modalités d’évaluation.
La troisième n’intervenant qu’en fin d’année ou dans le cycle terminal.
Itinéraires n°7 – MARS 2002
4. La correction de l’évaluation
La correction de l’évaluation constitue une séance d’apprentissage qui va
permettre de faire le point sur les compétences de lecture, les savoirs acquis, les
notions à acquérir.
5. Les prolongements
Les prolongements peuvent prendre des formes diverses :
- Élaboration d’un groupement de textes extraits de l’oeuvre autour d’une
thématique précise.
- Lecture analytique de l’oeuvre intégrale : la lecture cursive constitue alors la
première étape afin de préparer cette seconde lecture.
- Exploitation de documents iconographiques : couverture(s) du livre ; lecture
de tableaux ; analyse d’une caricature ; étude de l’affiche d’un film qui
adapte l’oeuvre. Éventuellement projection du film.
En conclusion, ce dispositif de lecture est un dispositif souple, susceptible d’être
modifié en fonction de la classe et des objectifs de l’enseignant.
L’intérêt d’une telle démarche est qu’elle met en place avec les élèves un
contrat de lecture qui l’amène au minimum à lire le livre proposé. Mais surtout la
tâche est plus stimulante dans la mesure où elle vise avant tout à valoriser l’effort
personnel de l’élève à condition bien entendu d’adapter à chaque classe les
oeuvres choisies, les questions posées et les critères d’évaluation.
Itinéraires n°7 – MARS 2002
Carnet de bord de l’élève
??Titre du roman, nom de l’auteur, date de rédaction / de publication, édition
utilisée.
??Le mode de narration : qui raconte ? Identité du narrateur.
??L’espace : indices spatiaux ; géographie ; description.
??Le temps : repères temporels ; époque ; principales dates (en rapport avec les
principaux faits) ; durée de l’histoire.
??Les personnages : personnages principaux (dresser le portrait physique et
moral) ; personnages secondaires ; liens familiaux, sociaux ; évolution des
personnages
??L’action : faits marquants ; liens entre eux.
??La structure : parties, chapitres ; longueur ; liens.
??Les thèmes : principaux thèmes ; principales idées du romancier .
??Les centres d’intérêt : sujets de réflexion.
??Le style de l’auteur : ton ; manière d’écrire ; particularités.
Guide de lecture de l’élève
??Titre du roman, nom de l’auteur, date de rédaction / de
publication, édition utilisée.
??Le mode de narration : qui raconte ? Identité du narrateur.
??L’espace : indices spatiaux ; géographie du roman ; repérer des
descriptions.
??Le temps : repères temporels ; époque de l’histoire ; principales
dates (en rapport avec les principaux faits) ; durée de l’histoire.
??Les personnages : personnages principaux (dresser le portrait
physique et moral) ; personnages secondaires ; liens familiaux,
sociaux ; évolution des personnages.
??L’action : faits marquants ; liens entre eux.
??La structure : parties, chapitres ; longueur ; liens qui unissent la
structure.
??Les thèmes : principaux thèmes ; principales idées du romancier .
??Les centres d’intérêt : sujets de réflexion suscités par la lecture.
??Le style de l’auteur : tonalité ; manière d’écrire ; particularités.



06/07/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres